Hot Meals

Hot Meals

Chaud devant !
biz'ness

chauds pour le déjeuner, dans le quartier du stade Marcel Michelin. Imaginée par un salarié de Michelin, Pierre Plouzennec, cette petite start-up pourrait bien grandir très vite.

Les salariés n'en ont-ils pas marre des sandwichs et des nouilles réchauffées au micro-ondes le midi ? C'est la question que s'est posée Pierre Plouzennec, 35 ans, salarié chez Michelin, qui a récemment décidé de monter sa propre start-up, Hot Meals, pour livrer à des PME dépourvues de restaurant d'entreprise des repas chauds et complets pour le déjeuner. « J'avais toujours eu envie de monter ma boîte, explique le gérant, et je me suis inscrit au Start-Up week-end en novembre dernier. Dans l'aventure, deux amis m'ont accompagné. » Après des mois de labeur et un soupçon de chance, Hot Meals est devenue une réalité. « Je suis allé à la rencontre des responsables du restaurant d'entreprise Eurest de Michelin. Le cuisinier comme le directeur régional étaient emballés. À partir de ce moment là, il fallait se lancer ! ».

Les repas « qualité brasserie » seront donc préparés dans la cuisine du restaurant d'entreprise de Michelin, puis livrés à vélo par l'entreprise kwelCo dans un rayon d'un kilomètre, entre 11h45 et 13h45. « Pour l'instant, on ne peut pas se permettre d'aller au-delà d'un kilomètre, sinon l'attente serait trop longue. Pour aller dans d'autres secteurs, il faudrait nouer des partenariats avec d'autres restaurants, mais chaque chose en son temps. » tempère Pierre Plouzennec.

Depuis lundi 19 septembre, la phase de test est ainsi lancée, jusqu'à début 2017. Pour l'instant, les commandes se font sur internet, en attendant une application qui devrait voir le jour fin novembre. Le client peut ainsi choisir son entrée, son plat et les accompagnements et son dessert pour 11,90 €, s'il opte pour un menu complet. Le paiement aussi s'effectue par internet, uniquement par carte bancaire, mais les tickets restaurants électroniques devraient bientôt être acceptés.

Pierre Plouzennec espère atteindre pour cette phase de test au moins 50 repas livrés par jour. « Avec le seul restaurant d'entreprise de Michelin, on peut aller jusqu'à 150 repas. Mais si jamais ça marche bien, on a assuré nos arrières pour pouvoir faire face à la demande », conclut, optimiste, Pierre Plouzennec.

Images