Chipolo

Chipolo

Le traqueur de clé connecté
digital

Le magasin d'objets connectés SmartOne s'est installé début juillet rue Saint-Esprit, au centre-ville de Clermont-Ferrand. Chaque mois son gérant, Jérôme Bury, nous présentera les nouveautés dans ce domaine.

Nous vivons aujourd'hui dans une société connectée : tous nos faits et gestes sont sans cesse calculés et mesurés. Un nombre de données inimaginables est alors collecté. L’ancien comptable Jérôme Bury a compris le potentiel des objets connectés et s'est alors lancé dans l'aventure d'une franchise SmartOne – la société existe depuis 2014 à Fontainebleau – pour « devenir son propre patron ». Selon lui, de plus en plus, les objets connectés vont « révolutionner notre mode de vie ».

 

« Novateurs et révolutionnaires »

 

Mais quel est l’intérêt de cette « connexion » ? Grâce à leurs synchronisations avec nos smartphones, tablettes ou ordinateurs, les objets connectés nous informent et relatent les données de nos différentes activités. « L’utilisateur de ces objets devient acteur de sa propre activité », explique Jérôme Bury. Selon le domaine et l’outil utilisé, nos comportements sont gérés et améliorés. Concrètement, ces données procurent les informations qui « facilitent la vie en annihilant certaines contraintes », poursuit-il. On peut alors mieux gérer son temps, économiser son énergie, disposer d’une meilleure qualité de vie. Les objets ont plusieurs fonctions : certains portent sur la santé (bracelets d’activités physiques), d’autres sont faits pour divertir (casque de réalité virtuelle), d'autres encore pour vous aider dans la vie de tous les jours (traqueur de clé : voir objet connecté du mois).

« Une cible ouverte »

Trop souvent considérés comme des outils réservés à un public jeune, les objets connectés concernent pourtant tout le monde. « On dit que les utilisateurs sont plutôt masculins mais c’est de moins en moins vrai », indique Jérôme  Bury. D’un public de pré-adolescents, aux séniors, il y en a pour tous les goûts. Les plus jeunes privilégient les objets loisirs ou les accessoires comme les batteries externes, les adultes choisissent des outils plus « utiles » comme les lampes ou les montres connectées. Les personnes plus âgées se dirigent vers des appareils relaxants ou de soin comme l’électro-stimulateur (aussi efficace qu’une visite chez le kinésithérapeute). Les applications sont, en général, intuitives pour une utilisation aisée et à la portée de tous. Le rôle de la boutique est aussi pédagogique. « Le mieux, c’est encore d’essayer les produits », explique Jérôme Bury, qui conseille ses clients à travers les quatre espaces de la boutique (loisirs, maison, bien-être et l’atelier où vous pourrez tester vos appareils) pour vous permettre de découvrir l’objet qui vous rendra la vie facile.