L’art du Qalamkar d’Ispahan, Raconter le Monde

L’art du Qalamkar d’Ispahan, Raconter le Monde

Les contes brodés d’Iran
tête de l'art

Oralement, sur des vitraux, au sein de recueils, d’arènes ou sur des toiles, les cultures du monde disposent chacune de leur propre façon d’illustrer leurs histoires. La nouvelle exposition du musée Bargoin de Clermont-Ferrand présente l’art du Qalamkar, artisanat ancestral perse illustrant les récits et légendes du peuple Iranien. Du 4 juillet et jusqu’au 31 décembre prochain, « L’art du Qalamkar d’Ispahan » dévoile cet art textile méconnu et témoigne de la richesse culturelle de la Perse grâce à un détour par la contrée paradisiaque d’Ispahan.

Souvent méconnue, la culture orientale recèle, un peu malgré elle, une profusion d’œuvres artisanales, tout simplement luxuriantes. L’art du Qalamkar, un artisanat textile ancestral, représente un pan de la culture persane, méconnue du grand public, mais symbolique d’une richesse incontestable. Depuis des siècles, l’histoire de la Perse (aujourd’hui l’Iran) est transcrite à travers ces pièces de broderie, transformées ensuite en nappes, tentures, couvertures et même en vêtements. Ces histoires sont issues de contes et de légendes, tout droit tirés du « Livre des Rois », de la poésie de Saadi ou de Hafez. Les illustrations ne retranscrivent pas uniquement les légendes. C’est bel et bien la vie quotidienne, les coutumes populaires de toute une civilisation qu’estampillent les qalamkars. En plus de présenter et de décrire les symboles populaires du peuple iranien, les couleurs, la précision, le savoir-faire ainsi que l’esthétisme de ces œuvres ont véritablement mené cet artisanat au rang d’art. A travers l’exposition « l’art du Qalamkar d’Ispahan – Raconter le Monde », le musée Bargoin s’attache à expliquer et montrer le secret d’un art qui n’a, jusqu’alors, jamais été exposé en France.

Une première dans les règles de l’Art

Si un lieu se devait de présenter pour la première fois cet art splendide, c’est bien le musée Bargoin. Dans le courant de ses collections textiles, à la fois riches et originales, l’exposition des œuvres du Qalamkar s’inscrivent telle une évidence. Pour cette première en France, plusieurs pièces exposées n’ont jamais été montrées au public, où que ce soit. Une avant-première qui « préfigure une future Maison du Qalamkar à Ispahan où sera présentée cette exposition ». La présentation de cet art, c’est une invitation au voyage à travers les époques et la culture iranienne, profondément décrite à travers le Qalamkar : une représentation précise du patrimoine et du savoir-faire artisanal iranien. Cet héritage se doit d’être préservé et valorisé par le biais d’expositions de la sorte, véritables vitrines et témoignages de la richesse culturelle orientale, mais aussi du savoir-faire artisanal du reste du monde. Au cours des 6 mois d’exposition, quelques événements viendront sublimer le Qalamkar (pique-nique à l’iranienne, projections, concerts…), même si celui-ci se suffit à lui-même.

Images 
Info+ 

► Musée Bargoin (Clermont-Fd) • Jusqu’au 31 décembre 2017 • 04 73 49 69 70 • www.clermont-ferrand.fr