ITW Pierre-Emmanuel Barré

ITW Pierre-Emmanuel Barré

huis clos

Tandis qu’il joue son « Nouveau Spectacle » à guichet fermé chez les babouins de la Baie des Singes le 20 mai, Pierre-Emmanuel Barré répond à nos questions. Résolument irrévérencieux, humour noir et absurdité incisive en guise de fil rouge, l’ex « sale con » de France-Inter ou de Canal+ n’en finit pas de faire rire, n’hésitant pas à débrider les tabous, et « sauver cette interview » vouée à l’échec…

Première question toute en finesse : ça fait quoi d’être un « sale con » ?

C'est quand même incroyable, on est 7 milliards à pouvoir répondre, et c'est toujours à moi qu'on pose la question !

En plus, je suis pas le mieux placé pour en parler, il y a quand même des degrés dans la « saleconnerie ». Je vais vous trouver deux invitations pour la garden party de l'Elysée, vous verrez, sur place, il y aura les meilleurs spécialistes du monde pour répondre à vos questions.

 

Votre spectacle est interdit aux moins de 14 ans. L’exhibitionnisme fait-il partie de votre nature ou est-ce arrivé sur le tard ?

Oui, j'interdis aux moins de 14 ans, je fais le contraire de Jean-Marc Morandini.

C’est important de sélectionner son public. Regarde ce qui est arrivé à Roman Polanski.

Ca me ferait chier qu'on annule mon spectacle à cause d'une jeune fille de 13 ans qui en paraît 14... C'est bien 14 ans la majorité sexuelle ?

Attendez, j'appelle mon avocat.

Ali Baddou s’est-il bien remis de vos chroniques ?

Oui, il va à merveille, je l'ai caché dans ma cave quand l'état d'urgence a été décrété. Je ne voudrais pas qu'on lui fasse du mal, c'est un homme merveilleux, mais il est malhabile.

A Canal Plus, il s'est ouvert le crane en me poursuivant pour m'asperger avec un extincteur.

Dans la nature, tout seul, il ne tiendrait pas 5 minutes. C'est pour ça que je le protège.

 

Un peu de sérieux… avec le deuxième tour des élections qui approche à grands pas : la démission va t-elle devenir une habitude ?

Oui, j'ai lu dans la presse que j'avais claqué la porte de France Inter. C'est complètement absurde, il n'y a que des portes automatiques à la maison de la radio.

Je suis parti comme tout le monde, dans un léger coulissement feutré.

Et de toutes façons, je ne vais pas démissionner encore, j'ai plus de trucs d'où démissionner. Je pourrais démissioner de mon rôle de père, mais j'ai pas d'enfants.

Tu veux qu'on fasse un enfant ?

 

Quelle est la différence entre la République et la censure ?

Qu'est-ce que c'est que cette question ? C'est pas du tout commercial !

Attention, le lecteur va se déconcentrer, il a pas envie qu'on lui parle de République. Vite, il faut faire une blague, on va perdre tout le monde !

C'est quoi la différence entre un thon et un dauphin ?

Ben j'ai jamais enculé un dauphin !

Me remercie pas, surtout, je viens juste de sauver ton interview.

 

De quoi parle votre spectacle ?

De plein de choses, mais surtout de politique et de bite.

J'ai appelé ça de la politibite.

C'est important d'alterner les thèmes sérieux et les thèmes légers, sinon, les gens font la gueule, et l'objectif, c'est quand meme qu'ils passent un bon moment.

 

Le monde peut-il être sauvé de son absurdité ?

Le monde, oui. L'humanité, non.

En tous cas j'espère, sinon, je serais au chômage.

 

Quels humoristes vous ont influencé et vous influencent encore ?

Manuel Valls a été assez prolixe ces cinq dernières années, après une petite traversée du désert, il est revenu avec son nouveau spectacle, « Je suce pour un ministère », qui est très bon.

François Fillon a crée la surprise, malgré un physique assez austère, il a fait rire la France pendant trois mois avec un certain talent pour le cynisme.

Après, il y a les éternels, Jacques Attali, Laurent Joffrin, Ruth Elkrief...

France Info, c'est mon Rire et Chansons à moi.

Quelle est LA question que vous souhaiteriez poser au (à la) futur(e) président(e) de la République ?

« Est-ce que t'es cap de manger ces sept kilos de verre pilé ? »

 

Quelles sont vos limites ?

50 km/h en agglomération.

 

Vous faites rire de tout. Et vous, riez-vous de tout ?

Non, je n'aime pas quand on se moque des handicapés, c'est pour ça que je ne regarde jamais les débats politiques.

 

Après la tournée, quels sont vos projets ?

Je vais réaliser un rêve de gosse, je vais devenir astronaute.

 

Pour conclure : qu’est-ce que ça fait, aujourd’hui en France, d’être l’un des plus grands défenseurs de la liberté d’expression ?

Woooo !! Je me rends compte maintenant que tu t'es complètement trompé. C'est pas moi que tu voulais interviewer, c'est Tina Arena.

Images 
Info+ 

20 mai - 20h33
La Baie des Singes (Cournon-d'Auv.)
04 73 77 12 12
baiedessinges.com