Arborescences

Arborescences

par Olivier Mühlhoff
Exposition
Galerie Terre d'Orange - Riom
Mercredi, 14 novembre, 2018 au Jeudi, 3 janvier, 2019
Mar-Ven 14h-19h
Sam 10h-19h
Tarifs : 
Entrée libre
Plus de renseignements : 
06 89 29 91 93
Site internet 
www.terredorange.com

Pour voir les arbres, il faut lever les yeux…
Les arbres de nos villes et de nos parcs font partie de nos vies, ils nous accompagnent discrètement au quotidien. Arrêtons-nous quelques instants pour les regarder, les admirer et prendre conscience de la chance de les avoir à nos côtés.

Ils font rentrer un peu de nature dans notre monde très urbanisé, avec tout le bien-être que cela nous procure. Leur rôle et leur présence dans nos cités ou sur le bord de nos routes sont primordiaux pour notre qualité de vie au quotidien, mais n’oublions pas que ce sont des êtres vivants. Les arbres sont discrets, silencieux, pacifiques, beaux, utiles… alors, respectons-les ! Nous devons leur donner en échange toute l’attention nécessaire : ce ne sont pas de simples mobiliers urbains, jetables et interchangeables à volonté. Nous avons tous en tête des élagages non raisonnables ou bien des arrachages injustifiés. 

Pour construire « Arborescences », j’ai recherché quels étaient les dialogues et les correspondances qui s’instaurent entre l’arbre, son voisinage immédiat et l’homme, puis j’ai exprimé ces interactions par une technique photo impressionniste. Au final, une beauté magique semble émerger de ces arbres, dans l’équilibre des formes et des couleurs. 

Sur chaque photo, le regard se place naturellement sur l’arbre, l’environnement s’efface et la présence humaine se fait discrète. Une fine texture structurée a pris place et fait écho avec l’arbre. Ce rendu particulier lié à ma technique de photographie sollicite beaucoup l’imaginaire et permet d’obtenir avec cohérence une impression d’intemporalité. Chaque arbre se pose et s’impose naturellement et l’atmosphère qui se dégage est à chaque fois très forte et particulière : apaisante et onirique. 

Nous mêlons réalité, émotion et imaginaire et ne gardons qu’une vision poétique et magnifiée du passé. J’ai exprimé cette notion de temps qui passe dans les légendes des photos avec : « Souvenir à … jours ». C’est comme si chacune de ces représentations était le reflet figé de ma mémoire